Astride N’Gouan incarne la nouvelle génération des femmes de défis. Dans cet Euro, la joueuse de Metz assume ses responsabilités en défense et bénéficie d’une bonne complémentarité, avec sa partenaire Béatrice Edwige. Joker de luxe des pivots tricolores, la Messine compte s’imposer dans la durée en équipe de France. Rencontre.   

Handball-Astride-Ngouan-France-Russie-finale

À quand remonte votre première sélection ? Pouvez-vous nous la raconter ?

Astride N’Gouan : « 2013. Je m’en souviens, c’était avec monsieur Alain Portes. J’évoluais encore avec l’équipe d’Issy-les-Moulineaux. J’étais très surprise d’être dans ce groupe, mais très contente d’y être. »  

Que représente pour vous l’équipe de France ?

ANG: « Tout d’abord, une fierté. Ce sont les meilleures joueuses de France qui y sont parmi énormément de licenciées. Donc, se dire que l’on représente son pays, c’est vraiment une fierté. »  

Selon vous, qu’est-ce-qu’une Femme de Défis (et depuis de talent) ?

ANG : « Très bonne question (rires). Je pense que c’est une femme qui est prête à se battre coûte que coûte et qui est prête à relever des défis. Lorsqu’elles voient des difficultés, elles se battent pour trouver des solutions. »

Quel est votre meilleur match en sélection ?

ANG : « Je ne sais pas du tout (rires). C’est vrai que je n’ai pas énormément de temps de jeu. Pour l’instant, je n’ai pas de match référent, mais ça va venir (rires). »

Votre plus beau but en Bleu ?

ANG : « Je parlerais plutôt d’actions où l’on piège l’adversaire, notamment au poste de pivot qui peut amener ce genre d’action. »

Astride-Ngouan-France-Slovenie-Euro-2018_GF

Avez-vous un souvenir particulier lié au championnat d’Europe ?

ANG : « Je vais dire l’Euro 2016 en Suède. C’était ma première compétition avec les Bleues. J’étais très choqué d’être dans la liste (rires). Surprise d’être dans la liste parce que c’étaient mes premières sélections avec Olivier Krumbholz. J’étais surprise d’être dans les 18. Même si je n’étais que réserviste, j’ai profité de chaque moment. Je me tenais prête à entrer pour les besoins du coach. »

Qui est la coéquipière dont vous êtes le plus proche ?

ANG : « Grâce Zaadi (rires). Nous nous connaissons depuis un long moment. Nous avons des liens particuliers. Nous nous complétons énormément. C’est plus qu’une coéquipière. Grâce est vraiment une très bonne amie et nous savons qu’après le hand, cette amitié continuera. »

Combien de médailles avez-vous gagnées ? D’après vous, quelle est celle que vous considérez comme la plus gratifiante à vos yeux ?

ANG : « 2 en comptant l’Euro et le mondial. Mais la plus belle, je vais dire le mondial. C’est un tout en fait. Personne ne nous attendait et cette finale surprise, c’était quelque chose. D’être passées sur TF1 et d’avoir pu discuter avec Denis Brogniart, alors que je suis fan de Koh-Lanta, c’était un tout. Le match, l’ambiance, l’équipe en elle-même, c’était vraiment génial. »

Comment résumeriez-vous votre vécu en équipe de France ?

ANG : « Il y a une progression. Le groupe est stable. Il y a de plus en plus d’affinités, beaucoup plus de relationnel. Je trouve qu’il y a une stabilité et une progression que l’on voit, avec le fait que l’on gagne des médailles. C’est vraiment cool parce que petit à petit, on arrive à trouver sa place et apporter sa pierre à l’édifice dans ce groupe. »

HD : L’Euro 2018 se déroule en France, avez vous des envies particulières pour vous et votre public ?

ANG : « Venez nombreux et merci de nous soutenir ! »  

Maxime Coupeau pour Hand Day