Nouveaux objectifs pour Guillaume Winter qui nous parle de la suite de sa carrière et qui revient également sur le dernier Euro féminin et le succès des Bleues. Une nouvelle interview en toute simplicité et à cœur ouvert avec le franc-parler qui le caractérise. Un grand merci à Guillaume pour nous avoir accordé de son temps.

Handball-Guillaume-Winter-2018

Peux-tu nous donner de tes nouvelles ?

Salut Sébastien, merci déjà pour la prise de contact. On ne va pas tourner autour du pot pendant 10 ans, j’ai dû arrêter ma carrière de joueur subitement suite à ma blessure au genou gauche survenue le 7 octobre en fin de match contre Colmar… puis j’ai fait le « kéké », j’ai reposé une semaine et j’ai quand même joué le samedi d’après… Malheureusement le lundi plus possible de marcher… S’en est suivi un long périple entre médecins, radio, écho, IRM pour apprendre le 22 novembre que le ménisque est fissuré au grade 3 qui serait opérable sans problème mais j’ai aussi de l’arthrose au fémur et au tibia de stade 3 sur 4 (stade 4 plus de cartilage donc prothèse). Mon jeune âge (33 ans) fait que personne ne veut m’opérer car une prothèse a une durée de vie de 15 à 20 ans. J’ai vu 3 spécialistes et les 3 ont été formels. Il a fallu prendre la douloureuse décision d’arrêter définitivement le handball…

Comment vis-tu cette “nouvelle” situation ?

Comment je la vis (rires) ça va faire un mois que j’ai appris cela, je vais pas te cacher que ça a été très compliqué au début, j’en ai même pleuré en rentrant à la maison. J’ai 20 saisons qui me sont venues à l’esprit et je peux te dire que ça fait mal ! J’avais tout prévu dans ma tête, attendre la saison prochaine pour reprendre, rééducation sans opération, l’opération même si j’ai la peur bleue de l’hôpital mais honnêtement j’avais pas pensé devoir arrêter définitivement, ça a été la douche froide ! Maintenant le temps passe et petit à petit on s’y fait, j’ai du mal encore parce que j’avais commencé la saison sur les chapeaux de roues (3 matchs 44 buts sur 50 tirs ndlr), j’étais devenu un leader sur et en dehors du terrain chose qui manquait à l’équipe de Vieux-Thann et bim c’est fini mais ce qui est plus difficile à accepter c’est que je n’ai pas décidé moi de dire STOP. Après je me dis qu’il y a pire dans la vie, je suis dans le caritatif des enfants malades ou atteints de handicap alors quand je vois ces p’tits bouts avec le sourire malgré ce qu’ils ont et surtout qu’ils n’ont rien demandé, je reprends du poil de la bête et j’avance sans me plaindre. Je voulais finir de jouer avec mon cousin Joël c’est chose faite mais c’était pas prévu comme ça.

Le soutien de tes proches et des amis, a t-il été important dans ce moment ?

Tu me connais, mieux que beaucoup de personnes, on a bossé ensemble 3 saisons, et quand ça va pas je mets mon costume de clown et je fais le pitre ! Oui je sais pitre a été enlevé du dictionnaire en 2004 mais j’aime bien ce mot (rires). Mais malgré mon costume, j’ai eu de la chance d’avoir les bonnes personnes à mes côtés… Le jour où j’ai appris que c’était fini ma copine était avec moi car ayant la phobie des hôpitaux j’avais besoin de soutien et c’est elle qui a posé les dernières questions car moi j’étais parti dans un autre monde, en sortant elle a eu les mots justes et sincères pour me faire réagir positivement, je peux que lui dire merci ! Ensuite j’ai eu mon cousin Joël qui a été là, je sais qu’il a été affecté par cela mais comme c’est un ours pour montrer ses sentiments alors il fait comme toujours « tout dans l’humour », il m’a bien fait rire et ça m’a fait du bien, je retiens surtout la première phrase qu’il m’a dit « putain tu fais chier, je vais devoir continuer en une et pas pouvoir aller en deux pour la pré-retraite » c’est mon cousin c’est comme ça qu’il me dit qu’il m’aime. Après je vais remercier toutes les personnes qui m’ont écrit pour me soutenir et plus particulièrement Nico Bucheron, Yann, Robin, Guigui Perrin, Gillou, Fred, Denis, Sandro. Aussi le soutien de mes parents, ma mère a été comme toujours une maman poule (sms, appel, petits plats, etc) je la remercie, toujours là pour moi et je vais finir par mon père qui est l’homme que je respecte et que j’aime le plus au monde mais il peut donner la main à mon cousin question sentiments et compassion… Quand je lui ai dit que je ne jouerai plus au handball, il m’a juste dit « ça fait des années que je te dis d’arrêter » il est dur par moment, mais il reste magique et c’est pour ça que je l’aime. Et bien sur ma fille qui a été au top et qui m’a permis de m’évader par moment dans son monde de petite fille de 3 ans et qui pense qu’on soigne tout avec des bisous magiques.

Peux-tu nous dire quels sont tes projets pour la suite de ta saison et les années à venir ?

A la base, je voulais tout arrêter, quitter le monde du handball et commencer le cyclisme, mais Nico Bucheron m’a ouvert les yeux que c’était « mon » sport et que je devais tourner la page mais pas fermer le livre. Donc j’ai commencé à me renseigner sur les diplômes d’entraîneur,regarder les programmes d’entraînement sur le net. Puis notre coach Fred Bois a décidé d’arrêter d’entraîner l’équipe fanion du HVT pour raisons personnelles et il s’est entretenu avec le président pour lui faire part de son départ. Il est donc venu vers moi pour me proposer le poste, étonné au départ, je n’ai pas mis 5 jours pour répondre, je me suis dit c’est le bon moment prend le wagon ! Donc depuis le 1er décembre je suis coach de l’équipe 1 du HVT. J’ai un ami qui m’a dit « c’est fait pour toi ce poste fonce ». Donc on va finir la saison, avec pour objectif la montée et ensuite on verra bien. Je vais passer les diplômes et essayer de gravir les échelons. J’aimerais bien faire ce que fais mon ami Thomas Haegeli à Hilsenheim, il est parti du même niveau que le HVT, il est maintenant en prénat. Donc pourquoi pas faire pareil. Je suis preneur si on bosse tous et on recrute intelligemment, c’est-à-dire des jeunes motivés ou des anciens ayant l’esprit club et non des mercenaires ou des supers stars, on aura de quoi faire mais bon ce sont des paroles faut qu’on bosse déjà et qu’on montre notre valeur sur le terrain.

L’arbitrage occupe toujours la même place pour toi ?

Tu parles d’un sujet qui est devenu compliqué pour moi, une évidence encore il y a 1 mois. Depuis je ne suis plus en binôme avec Nico Mouss, son emploi du temps plus que chargé ne lui permet plus d’être disponible pour arbitrer. Donc j’ai écris à la ligue pour dire qu’on se mettait en stand-by jusqu’à qu’il soit à nouveau disponible pour notre binôme. Malheureusement derrière mon mail, il a écrit à la ligue pour dire qu’il arrêtait définitivement d’arbitrer donc forcément ça a été une déception car je pensais que mon mail et ma blessure lui aurait servi de déclic pour donner priorité à l’arbitrage mais voilà il a fait ses choix, je les respectes ! Notre binôme s’est fini et définitivement même si il est de nouveau disponible par la suite, ça sera non. Je prépare mon avenir à court et moyen terme … C’est dommage je pensais vraiment qu’on irait loin mais bon je lui en veux pas plus que ça, je suis juste triste que ça finisse comme ça. Maintenant je vais continuer à arbitrer tant que je peux allier les deux (coaching et arbitrage) et le jour où je n’arriverai plus on fera un choix.  

As-tu suivi l’Euro féminin ?

Bien sûr, je n’ai pas loupé un match des bleues. Avec ma fille, les deux à fond dedans, la marseillaise en cœur même si elle chante des paroles propre à son imagination (rires) sinon que dire sur la qualité de cet Euro ! Les Pays-Bas, la Russie et la France étaient clairement un cran au-dessus. Individuellement, c’est mon avis mais GROOT, VIAKHIREVA et NZE MINKO ont été clairement au-dessus du lot. GROOT sait tout faire attaquer, défendre, tirer, passer, 1 contre 1, de loin, de près. VIAKHIREVA c’est la classe tout simplement quand elle joue, on se dit que le handball c’est trop facile mais elle joue juste tout simplement, on dit qu’elle est passé à côté de sa finale, je pense pas elle est juste tombée sur une grosse défense qui a bossé pour la bloquer car dès qu’elle arrivait à faire son jeu c’était but à chaque fois. Et pour finir NZE MINKO c’est une monstre athlétique, rapide, technique, efficace ! J’adore son jeu.

Ton avis sur la victoire française ?

Sans être chauvin, elle est logique tant défensivement que offensivement pour moi c’est l’équipe la plus complète qui a gagné, je ne dis pas la plus forte mais la plus complète. Quand tu vois une Béatrice Edwige marqué par la fatigue à la fin du match, tu dis qu’elles ont tout donné.  Le rouge sur Pineau… une mascarade, je commente jamais les décisions arbitrales mais celle-là c’est une honte … aucune logique enfin bref un fait de jeu qui a transcendé les filles ! Bravo à elles, le doublé jamais évident à faire et elles l’ont fait de la plus belle des manières !

Un avis sur la médiatisation du handball féminin et du sport féminin en général ?

Pas assez à mon goût, je pense qu’on devrait plus mettre en avant le sport féminin. Ce sont des mamans pour certaines qui allient le sport de haut niveau avec tout ce qu’il y a derrière (déplacement, entrainements quotidien, etc) et un rôle de maman, épouse, compagne à la maison. Donc rien que pour ça on devrait les mettre plus en avant ! Mais ça vient tout doucement, forcément ça va pas se faire en 8 jours mais j’ai un bon pressentiment la dessus. Au niveau du handball, la féminisation est en bonne voie avec tout ce qui se fait à la fédé, dans les ligues et comités.

Souhaites-tu nous dire une dernière chose pour clore cette interview ?

Je vous donne rendez-vous courant juin pour mon jubilé, je donnerai les infos en temps et en heure par rapport à cela. Une chose est sûr ça sera à Vieux-Thann et j’espère pouvoir faire venir le plus de monde possible ! Après pour finir, je garde que des belles choses de mes 20 saisons sur les terrains, j’ai grâce au sport rencontré énormément de personnes. Faut jamais rien lâcher et toujours se donner à fond pour ne pas regretter ! Pour le reste, une nouvelle carrière commence, elle sera différente mais elle sera aussi enrichissante que la dernière. A moi de bosser pour réussir. Rendez-vous le 3 janvier pour la reprise avec le HVT. Je tenais à te dire un grand merci Seb, tu fais un job super, tu as toujours pris de mes nouvelles, tu étais présent pour tous mes projets. Tu restes une très belle rencontre, reste comme tu es ! Joyeuses fêtes de Noël à tous et je vous souhaite le meilleur pour 2019 !

Donner, recevoir, partager : ces vertus fondamentales du sportif sont de toutes les modes, de toutes les époques. Elles sont le sport.

Sébastien Ribstein pour Hand Day