Passé par différents clubs et arbitre depuis plusieurs saisons, Guillaume Winter s’est lancé plusieurs challenges notamment dans l’associatif mais aussi au niveau de l’arbitrage et cette saison retourne au club de Vieux-Thann. Nous l’avons rencontré pour aborder de nombreux sujets.

Handball-Guillaume-Winter

Ton parcours est jalonné de plusieurs clubs depuis quelques années (Pfastatt, Soultz, Altkirch…). Cette saison tu reviens dans le club de Vieux-Thann que tu connais bien après un passage à Altkirch. Pourquoi ce choix ? “À la base c’était prévu que j’intègre le club de Hilsenheim (nouveau promu en prénationale) qui  m’a proposé un essai pour les rejoindre et pourquoi pas faire une ou deux piges en prénationale. Essai concluant et j’ai vraiment pris goût à rejouer à ce niveau. Mais ma vie de famille passant avant tout et il y a eu des changements donc le trajet devint compliqué et pour assurer et pouvoir prétendre jouer en prénationale, il faut s’entraîner au moins 2 fois par semaine surtout pour moi qui n’a rien fait de « sérieux » depuis 2012… Je tiens au passage à remercier Thomas Haegeli, les joueurs ainsi que le club pour leur accueil et je leur souhaite une belle saison.  Alors voilà je suis retourné voir le club de Vieux Thann et ça s’est fait très rapidement. La présence de mon cousin, mes 2 petits cousins, mes amis et mon binôme à fait que c’était un choix logique !”

Quels sont tes objectifs personnels cette saison ? “Déjà prendre du plaisir, apporter mon expérience au groupe, aider les jeunes à progresser et aider le club à progresser dans le domaine de la communication. Après forcément en tant que compétiteur, en signant à Vieux-Thann je viens jouer pour la montée. Je ne connais pas la composition de la poule à l’heure actuelle mais voilà ça ne va pas être simple mais je pense qu’on peut jouer la montée en étant sérieux, assidus et impliqués.”

Sur le plan individuel, quel sera ton rôle dans la saison qui s’annonce ? “Mon rôle… Très bonne question. Apporter mon expérience et mon vécu au groupe pour commencer. Sur le terrain, apporter du volume et de la rotation sur la base arrière qui en manquait la saison dernière. En défense, apporter de l’impact et de la vitesse sur les montées de balle. Après forcément avec ma petite carrière, je pense qu’on attend de moi ce rôle de « leader ». Mais je pense que l’ossature est bonne et qu’il y a déjà des leaders en place (Fouzi Trasnia, Joël Mentek, Brice Blumberger qui ont aussi joué  à un plus haut niveau). Mon but n’est pas de prendre la place de quelqu’un mais d’apporter ma pierre à l’édifice.”

Quels sont les objectifs sportifs du club cette saison mais aussi à moyen et long terme ? “Les objectifs sont de continuer à grandir doucement mais sûrement. De faire chaque année un évènement autour du handball solidaire pour aider un ou une enfant atteint d’un handicap. Ensuite côté sportif, d’arriver au plus haut niveau départemental et d’y rester. On est une bande de potes et c est ça qui fait notre force et qui fera qu’on réussira les objectifs tant sportif qu’extrasportif.”

Tu as déjà évolué au sein de ce club, cela a t-il influencé ton choix pour revenir ? “J’ai entraîné en intérim pendant 4 mois la saison 2016/2017 suite à l’arrêt de leur coach. Forcément ça m’a aidé à revenir plus facilement. Après ma venue est une suite logique, depuis la création du club je suis le club. Je loupe rarement un match, je donne un coup de main lors des manifestations, je m’entraîne avec eux régulièrement depuis 3 ans. Donc oui ça m’a influencé.”

Tu es également engagé dans diverses choses extra sportives, souhaites-tu nous en parler ? “Je suis engagé pour l’association tous pour Loulou. Si je lance un événement actuellement c’est pour lui. Pourquoi lui ? Parce qu’il m’a touché, étant père d’une petite fille de bientôt 3 ans qui est en pleine forme et en bonne santé, forcément quand je l’ai vu et j’ai vu cette force, cette motivation et ce courage à se battre chaque jour. Je me suis dis, tu ne peux pas rester insensible. Faut faire quelque chose pour lui ! Alors j’ai lancé le 29 juin 2017 un match de handball solidaire, ou tu étais présent, une réussite pour ma part. Le 18 août, j’ai aussi un évènement pour lui. Je n’en ai encore parlé à personne car c’est en cours de finalisation mais avec le club de Molsheim et l’aide de Laurent Roth et Lossif Idir, on va faire 3 matchs de handball ce jour là. Je n’en dis pas plus car ça se finalise mais il y aura les 2 meilleurs clubs de la région en masculins et un club qui vient de recruter une ex championne du monde pour le match féminin. Voilà il y aura assez de pub sur Facebook au moment venu. Et pour la suite j’ai plein d’idées pour l’année prochaine et un futur événement pour Loulou. Et c’est devenu mon héros ! Le jour où il marchera je serai le plus heureux du monde.”

Tu as décidé depuis quelques années de te consacrer également à l’arbitrage. Tu es très actif dans ce domaine, pourquoi avoir choisi également la voix de l’arbitrage et quels sont tes objectifs dans ce domaine ? “Pourquoi l’arbitrage ? Parce que je voulais passer de l’autre côté et voir ce que ça fait d’être au sifflet. Je n’ai jamais été tendre avec les arbitres donc fallait que je test. Et au final, je prend mon pied, jadore ça. Mes objectifs, continuer à me former, à apprendre, à évoluer, j’ai un binôme qui tient la route quand il est disponible. Maintenant d’ici 2à 3 ans je pense qu’on va donner priorité à 100% à l’arbitrage. Maintenant je remercie Tonio Contreras qui m’a formé et aidé à évoluer dans ce domaine et ensuite à toutes les personnes qui m’ont suivi et aidé (Thierry kegler, Christian Kiene, Marcel Rémy, Thierry Carmaux, Stéphane Kentzinger, sans oublier le must Dentz et Reibel et les autres que j’ai pu oublier). J’ai rejoint la cellule de la CTA cette saison pour aider Christian Kiene dans notre bassin. Mon but est d’aider le monde de l’arbitrage.”

Ton avis sur l’arbitrage Haut-Rhinois du moment, sur sa politique globale mais aussi sur l’arbitrage national ? Une question qui fait également suite aux “nombreux” propos que l’on a pu entendre de part et d’autre sur la qualité de l’arbitrage. “Je trouve les critiques envers l’arbitrage déplacés … Il est facile de critiquer quand on a 60 fois l’action au ralenti. Mais avec le sifflet en bouche c’est à l’instant T, et avec ce qu’on a vu, on invente pas. Alors ça va très vite et faut être réactif. On fait des erreurs aussi comme les joueurs mais après il faut être intègre. Pour l’arbitrage Haut Rhinois, je remercie Thierry Kegler et Fred Bois pour le boulot chaque semaine. C’est pas évident pour eux. L’arbitrage du 68 n’est pas mauvais mais je pense que les arbitres sont rentrés dans une logique de « routine » et ne changent pas leur façon de faire.  Disponibilité, annulation au dernier moment mais je suis persuadé qu’on va y arriver et qu’on va progresser tous ensemble ! J’y crois. Pour l’arbitrage national, je n’ai rien à dire sauf que la CDA fait tout pour faire évoluer les arbitres et merci à eux. Je félicite mes confrères qui officient toute la saison et qui assurent quoi qu’il se passe. J’ai pour modèle Thierry Dentz et Denis Reibel qui pour moi sont le binôme numéro 1 actuellement. Mais j’aime bien le binôme Carmaux/Mursch qui monte en puissance.”

Pour finir, avec du recul, quel regard portes-tu sur le handball Haut-Rhinois et Alsacien dans sa globalité depuis quelques années ? Sur sa sa santé du moment par exemple ? “Le handball Haut Rhinois…. On peut en parler longtemps, on peut écrire des livres même. Je n’ai pas ma langue dans ma poche alors je vais peut être me faire des ennemis. Mais je m’en fiche j’ai cette image de « sale con » alors autant la garder (rires). Dommage … Vraiment dommage la fin du MHSA (Mulhouse Handball Sud Alsace). J’ai cru en eux, en ce groupe mais voilà… On tire sur Jean Paul Billig (ex président du club) mais merde ! Qui a œuvré comme lui, qui a mit tout l’argent, qu’il a pu mettre toutes ces années. On devrait juste lui dire merci et lui rendre hommage. Sans lui l’ASCA Wittelsheim n’aurait jamais été en D2, et pas de MHSA. Mais non on lui tire dessus parce qu’il faut un coupable, et là je suis déçu du handball Haut Rhinois On ne s’entraide pas, enfin si quand on a un intérêt à en tirer. Mais sinon on peut laisser l’autre crever la gueule ouverte. C’est triste … On devrait s’aider, c’est pas grave si 3 joueurs partent dans un meilleur club si ça peut faire avancer le handball 68 mais non. Nous on se casse les uns et les autres, c’est vraiment con. On se réjouit de la « mort » de l’autre. C’est pour ça, je ne vais plus dans les salles à part pour jouer ou arbitrer. Entendre les conneries que j’ai déjà pu entendre non merci ! Mais après à côté de ça tu as des personnes, des clubs avec des valeurs qui se battent contre ça et c’est eux qui gagneront à la fin vraiment je le pense. J’espère que Rixheim (N2 masculine), réussira à redorer le blason du handball Haut Rhinois. J’y crois ils ont tout pour y arriver. La venue de Mehdi Ighirri (ex Dijon, Proligue) va leur apporter ce petit plus qui leur manquait ! Bravo à eux et ils réussiront. Pour finir, je suis droit dans mes bottes dans tout les clubs ou je suis passé, je me suis donné à fond, sportivement et en dehors aussi. Et ça c’est la passion ! On peut dire ce qu’on veut mais  j’oeuvre dans l’intérêt de notre sport. J’ai fait des belles choses (handball solidaire, l’arbitrage, etc…) et je n’ai pas envie de m’arrêter. Je suis fier de moi, de ce que je fais de ma vie, fier de mon parcours quelque peu chaotique mais je l’aime. Je continuerai à œuvrer pour le handball et on continuera à avancer. Vive le handball et vive le Handball Vieux-Thann !”

Sébastien Ribstein pour Hand Day