La nouvelle génération tricolore sous la houlette de son entraîneur emblématique Eric Quintin et de son illustre adjoint Daouda KARABOUE, a fait montre en ce début d’après-midi d’un beau mental pour se sortir du piège tendu par des Scandinaves accrocheurs (30-29). Certes, la route vers le tour principal est  semée d’embûches mais ce succès permet de se rassurer en ce début de compétition !

Handball-France-Norvege-Euro-2018

Un  combat âprement disputé, comme l’on s’y attendait. Malgré une entame plutôt encourageante, les tricolores vont buter sur le rideau défensif scandinave et connaître un passage assez délicat (-4). La défense étant prise en défaut, quelques ajustements vont permettre de resserrer les rangs avec comme chef de file le gardien Charles Bolzinger (Montpellier) qui s’interpose avec brio et remet  ses camarades dans la partie. Les bases semblent plus saines avec une bonne dose de culot symbolisée par Sadou Ntanzi (7 buts) et Drévy Paschal (6 buts). Le mano a mano engagé va se terminer au moment de rejoindre le vestiaire sur un score de parité, 14 à 14, qui remet les deux nations dos à dos.

Au retour des protagonistes sur le terrain de Koprivnica, le match semble prendre la même tournure qu’au premier round avant que le vent ne tourne. Les Français accusent alors un retard de 2 longueurs sur leurs homologues. On sent que les tricolores tiennent leur match mais que leurs bévues permettent à la Norvège de rester en tête. Le money time pointe le bout de son nez et le tableau de marque indique un  +1 en faveur des hommes de Quintin (26-25). La fin de match est tendue et quelques décisions arbitrales sont contestées par le clan norvégien. Bolzinger (15 arrêts) et les siens ont les nerfs solides et préservent leur maigre pécule jusqu’au buzzer (30-29). Il faudra parvenir à pallier les passages à vide lors du choc contre la Roumanie, elle défaite par le Danemark 22 à 24.

Des moments d’euphorie, d’autres emprunts de panique et  quelques déchets dans la finition qui se sont soldés par une  belle victoire de l’équipe de France qui damne le pion à son homologue norvégien sur le fil. Félicitations aux minots qui ont su garder la tête froide jusqu’au bout pour ne pas tomber d’entrée dans cette compétition ô combien relevée.

Sébastien Ribstein pour Hand Day