Hand Day - Passionnément handball
Championnat du Monde Handball France 2017

C’est l’un des gros chocs cette année en N2, voir le plus important de ce championnat ! Si les parisiens dominent leurs sujets en LNH, ce n’est pas totalement le cas de leur équipe réserve. Seulement 1 point sépare les parisiens et cristoliens… Rien n’est encore joué pour une montée en N1, les deux équipes franciliennes voudront toutes deux empocher les 2 points. Les coéquipiers de Lucas Ferrandier l’avaient emporté chez leur voisin parisien, en effectuant le hold up parfait lors du match aller. Plus qu’une revanche sera en jeu pour les parisiens, mais bien une montée à l’étage supérieur. Un parcours quasi-identique pour ces formations cette saison qui n’ont jamais été aussi proche de la N1 puisque le gagnant de ce match prendra une petite avance sur son dauphin, dans le match de la mort, de ce championnat. À l’instar des coéquipiers d’Hugo Descat, la réserve effectue jusqu’ici un excellent parcours, malgré quelques points perdus bêtement. Qui de mieux que les joueurs de chaque équipe pour nous parler du parcours, du ressenti et de la détermination de chaque équipe, à quelques jours du derby décisif. Nous sommes donc partis à la rencontre de deux pensionnaires du centre de formation parisien et cristolien, en la personne d’Arthur Gardent, arrière droit de la réserve du PSG et de Léo Dubois, demi- centre de celle du club val de marnais. Ces deux jeunes nous racontent le parcours de chacune de leur équipe et nous parlent de leur confrontation mutuelle qui les attends le 16 avril.

 
Hand’Day : Léo, ton équipe est deuxième et toi Arthur première. Parlez nous un peu de votre parcours jusqu’ici?

Léo Dubois : Notre parcours cette année n’a pas été de tout repos, nous avons commencé la saison avec un effectif affaibli. Notre premier match et première défaite à Villeneuve d’Ascq nous a directement annoncé la couleur, nous avions perdu de neufs buts. Une défaite qui nous fait d’ailleurs défaut maintenant… Je pense que nous avons bien travaillé depuis le début de l’année et franchi des paliers après chaque match. Je retiens surtout 3 résultats qui ont réellement lancés notre saison, la victoire d’Hazebrouck chez nous, le match nul à Dunkerque et la victoire au PSG dans les derniers instants. Aujourd’hui, nous sommes en pôle position et nous avons toutes les cartes en mains pour accéder à la nationale 1.

Arthur Gardent : Pour l’instant nous n’avons pas fait beaucoup d’erreurs en terme de points gagnés. On travail pour en faire le moins possible pendant les temps de match et pour le moment ça nous réussi pas trop mal. Le staff fait en sorte de nous faire progresser le plus possible tout en essayant de moins nous solliciter physiquement pour être à fond à chaque match.

H.D : Comment expliques-tu la réussite de votre équipe réserve cette année? L.D : Nous avons une équipe homogène et très soudée. Nous ne négligeons aucune équipe et abordons match après match. Cette réussite est le résultat d’un travail quotidien individuel, mais aussi collectif.

A.G : Notre « réussite » comme dans presque tous les domaines passe par le travail du staff comme des joueurs, il n’y a pas de secret, une bonne entente de groupe en est aussi peut être un facteur, mais sans le travail, il n’y a rien.

H.D : Quelles sont les points forts et les points faibles de ton équipe?

L.D: Nous avons une défense depuis le début de l’année qui est agressive et une montée de balle assez efficace, cela nous permet d’user les équipes. Comme je disais nous sommes une équipe homogène tout le monde peut marquer. Chacun de nos joueurs est un danger pour l’équipe adverse. Notre plus gros point faible est sûrement aussi notre plus gros point fort, c’est notre jeunesse. Cela nous arrive d’avoir du mal à commencer les matchs de par un léger manque de concentration. Nous prenons beaucoup de plaisir ensemble sur et en dehors du terrain.

A.G : Nos points forts je dirais notre vitesse, notre volonté de bien faire, et notre culture de la gagne que notre coach nous transmet à chaque entraînement, de l’échauffement jusqu’au discours final, à savoir vouloir gagner contre son adversaire peu importe le handicap, l’enjeu, la difficulté ou n’importe quel facteur. Nos points faibles en revanche, c’est à l’adversaire de les trouver ainsi que de les exploiter s’il en a l’occasion, en tant que joueur et membre de l’équipe je ne peux rien dire à ce sujet là comme tu peux le deviner (rire).



credit photo Uschb 

H.D : Comment penses-tu pouvoir mettre en danger l’adversaire?

L.D : Cette équipe du PSG est un concurrent de taille et nous avons beaucoup de points communs. Je pense que nous allons devoir imposer notre rythme et ne négliger aucun détails. Nous les avons battu au match aller presque en réalisant un petit hold-up, mais je me souvient d’une rencontre très serrée et très engagée. Toute l’équipe va devoir être présente, cela passera par une bonne semaine de travail pour préparer ce choc.

A.G : Un peu le même style de réponse que la question précédente, je ne peux expliquer notre stratégie et notre style de jeu car c’est à l’adversaire de la trouver et de faire en sorte qu’elle ne fonctionne que le moins possible.

H.D : Ce match est comme une finale dans votre poule. Comment sentez-vous ce match?

L.D : Il a tout d’une finale. Nous l’attendons depuis un certain temps, nous savions qu’il serait déterminant pour la montée. En tant que joueur, nous aimons ce genre de match, nous nous entraînons pour ça. Nos deux équipes se respectent énormément et je suis sûr que ce sera un match plaisant à jouer quelqu’en soit la fin. Nous allons avoir plus que jamais besoin de l’appui des supporters qui j’espère seront la pour nous aider à gagner ce match. Il faut tout de même ne pas oublier qu’après ce match il en restera encore cinq. Je crois qu’il ne faudra surtout pas perdre car même si nous parvenons à battre le PSG, nous ne sommes pas assurés de monter.

A.G : Le match contre Créteil peut décider de la place de leader alors ce match est un peu comme le plus important de la saison même si tous le sont en général. Cependant, on va le prendre comme les autres matchs qu’on joue, avec le plus de sérieux possible et ne pas se mettre la pression.

H.D : Léo, toi qui a gagné deux fois le championnat de France des -18, tu dois être déçu de voir que cette année vous n’êtes plus en course pour votre propre succession?

L.D : Effectivement c’est décevant, je pense qu’ils auraient pu faire beaucoup mieux. Cependant, je sais combien c’est difficile de composer avec des joueurs du pôle qui sont parfois en N2 et un effectif qui varie selon les week-end. Il leur manquait je pense un ou deux meneurs qui auraient pu motiver et parvenir à réunir tout le monde pour atteindre le même objectif. Ce n’est pas une fin en soit, je pense que pour eux et pour préparer l’année prochaine c’est important qu’ils aillent le plus loin possible.

H.D : Arthur, Paris est encore en course en -18. Penses-tu que l’équipe a les armes pour succéder à Créteil?

A.G : J’attendais cette question ! (rires)  J’en ai parlé avec deux/trois des -18 concernés et ils ont l’air bien déterminé à aller le plus loin possible. Après, je ne suis pas apte à juger leur niveau d’autant plus que je ne connais pas le niveau de cette génération et des autres équipes.

Vous l’avez donc compris, ce match risque d’être très intéressant entre les deux clubs franciliens et il se jouera en lever de rideau, de la rencontre des pros de Créteil qui reçoivent Nîmes, à 20h30. Rendez-vous le 16 avril à 18h au palais des sports Robert Oubron, pour les spectateurs qui pourront y assister. Un grand merci à Léo Dubois et Arthur Gardent, de nous avoir consacré un peu de leur temps et nous leur souhaitons bonne chance avant ce choc et surtout une bonne fin de saison avec leur équipe respective.

Laila El Guif pour Hand’Day