Clap de fin sur ce Final 4 de Budapest avec Györ une fois de plus sur le toit de l’Europe mais plus difficilement que prévu. Les championnes d’Europe hongroises l’emportent devant Rostov (25-24) et prouvent que ce sont bien elles les patronnes ! De son côté Metz doit se contenter de la 4ème place après un final cruel qui prive les joueuses d’Emmanuel Mayonnade d’un premier podium et des enseignements seront à tirer de ce week-end hongrois malgré la déception.

Handball-Gnonsiane-Niombla-Metz-2018-2019

Metz espérait un tout autre sort…

Tirer des leçons de ces échecs et surmonter la déception. Voilà ce que les Messines doivent se dire au sortir de ce gros week-end européen que beaucoup espéraient historique mais deux défaites viennent mettre fin au rêve d’une médaille sur les bords du Danube. Une fois de plus on peut regretter les errances défensives alors que c’est cette même défense qui constituait le point fort et la marque de fabrique messine depuis fort longtemps. L’incapacité à museler la gauchère Linn Sulland (10 buts) comme ce fut le même cas en demi-finale face à Vyakhireva et de ne pas pouvoir profiter des temps forts pour appuyer sur l’accélérateur et mettre au fond les ballons du ko. Mis bout à bout cela nous donne une finale pour la 3ème place qui pouvait bien prendre le bon chemin notamment en seconde mi-temps lorsque Metz en mettait une bonne couche pour mener la danse et se procurer ces fameuses occasions (23-20). Une rencontre qui laisse des traces des deux côtés avec Manon Houette (cuisse) et Katrine Lunde (genou) avec la crainte d’une longue absence pour les deux nommés… Enfin pour le reste, Kristiansand n’a pas été la victime attendue et autour de Sulland / Kristensen / Reistad, les Norvégiennes recollent (26-26 / 29-29) puis mettent contrairement aux françaises leurs occasions au fond pour chercher la médaille de bronze (31-30). Dommage pour ne pas dire plus.

 

Handball-Gyor-champion-2018-2019

C’est qui le champion ? Györ bien entendu !

Nouvelle victoire pour l’équipe hongroise qui cela devient presque une habitude monte sur le toit de l’Europe pour une saison de plus. Ce n’est pas les Russes de Rostov tombeuses de Metz en demi-finale qui ont pu contester la domination magyar sur cette ligue des champions. Rostov va pourtant regarder yeux dans les yeux son adversaire pendant un petit moment (+2) par la pivot Makeeva, la gauchère Viakhireva et la néerlandaise Lois Abbingh. Il y eu ensuite un recadrage de la défense et Györ allait tout simplement se remettre en ordre de marche par Anita Gorbicz (6) et Eduarda Amorim (7) pour refaire son retard avec un bon coup de collier qui mettait sur de bon rails le tenant du titre à la pause (15-11).

L’écart maintenu puis la prise de pouvoir de Györ (+5) avec une défense très attentive sur Vyakhireva semblait emmener tout droit Amandine Leynaud et ses équipières vers un nouveau titre (25-21, 55’). Deux rouges côté magyar (Groot / Amorim), une Pessoa qui non seulement retarde l’échéance et permet aux russes de retrouver l’espoir (-1) avec il est vrai quelques cadeaux offerts par leur vis à vis. Le seul hic dans l’histoire se nomme Kari Grimsbo ! La gardienne norvégienne réussi les parades décisives dans ce money time disputé pour non seulement s’offrir le titre de mvp de cette final et offrir ce nouveau sacre qui ravit une fois de plus les spectateurs de la Papp László Budapest Sportaréna. Un nouveau trophée pour Györ et pour Amandine Leynaud qui ramène ce titre qui manquait à son palmarès. (crédit photo : Twitter / EhfCl)

Sébastien Ribstein pour Hand Day