L’international marocain, Said Ouksir a quitté le championnat français, afin de poser ses valises de l’autre côté de l’Europe et plus précisément, en Roumanie. Avec sa famille, ils se sont lancés un nouveau challenge avec la découverte d’un nouveau pays. Said a pris un peu de son temps pour nous parler de sa nouvelle aventure roumaine, de son intégration dans un pays avec une culture complètement différente de la sienne, mais revient également avec nous, sur la CAN, qu’il a disputé avec la sélection marocaine.


HD : En janvier dernier, Tu disputais la CAN avec la sélection marocaine. Comment s’est passé la compétition, malgré une 6ème place au final ?

Said Ouksir : Un peu déçu du résultat car on envisageait la demi-finale. On perd d’un but contre l’Angola. Donc, déçu après ce match. On a du se remobiliser, mais après nouvelle défaite d’un petit but ! La 5ème place aurait été mieux et serait plus représentative car on a fait une bonne compétition.


HD : Le jeu collectif marocain semble s’améliorer. Que manque-t- il à ta nation pour remporter cette compétition ou tout simplement finir sur le podium ?

S.O : Le jeu était plutôt bien. Nous avons des joueurs de qualité, qui évoluent en France, mais aussi des joueurs locaux qui ont du potentiel et qui sont bien armés donc c’est plutôt pas mal. Notre entraîneur possède une bonne lecture de jeu et nous a beaucoup aidé. Pour s’améliorer d’avantage, il faudrait plus de stages pour prendre l’habitude de jouer ensemble, afin qu’il y ait un peu plus de cohésion. Il n’y a pas assez d’investissement de la fédération car les stages sont organisés à la dernière minute. Le jour où il y aura un investissement plus important, nous pourrons faire quelque chose. Au vue de la place importance du Maroc en Afrique, on a besoin d’une équipe forte à l’image du pays.


H.D : Nous avons vu que ce sont  les pays nord africains qui s’adjugent le trophée depuis plusieurs années maintenant. Comment expliques-tu cette grande différence de niveau entre les différentes nations ?

S.O : Franchement, je pense que le hand dans les pays nord africain est la depuis longtemps par rapport aux autres pays du continent, même si j’ai vu une grande progression des autres nations, depuis la Can de 2012, que je n’ai pas joué d’ailleurs, car j’étais blessé. Le hand algérien dans les années 80-90 était déjà mondialement reconnu sachant que l’équipe était déjà dans le groupe A, alors que la France était dans le groupe C. La Tunisie a une place forte dans le hand africain, la preuve une nouvelle place aux JO. Le Maroc, il fut un temps où on était très bien placé, mais maintenant nous sommes un peu plus en retrait et on espère retrouver notre place. Dans les autres nations, j’ai vu des joueurs de qualité et ça ne jouait pas n’importe comment. Il y avait une tactique et une rigueur donc une belle évolution.


H.D : Parlons un peu de toi, tu as quitté la France pour t’installer en Roumanie, pourquoi une

telle décision ?

S.O : On m’avait déjà contacté avant et j’avais refusé. En France, j’avais un peu fait le tour et je n’avais pas de projet intéressant. Je me suis dis que si à 32 ans je ne bougeais pas maintenant, il sera trop tard. Découvrir un championnat étranger car la Roumanie est aussi une terre de handball, mais aussi retrouver un bon niveau. J’avais envie de découvrir une nouvelle aventure pour mes filles et ma femme, pour une ouverture d’esprit voila pourquoi je l’ai saisie.


H.D : Comment se passe ta nouvelle vie là-bas ?

S.O : Grâce à dieu, plutôt bien. Sportivement, c’est intéressant de découvrir un nouveau championnat. Il y’a de bonnes équipes et de bons joueurs. Il m’a fallu du temps pour m’exprimer et j’ai un rôle dans l’équipe maintenant. Là, il s’agit d’une saison où on a fini 4ème. C’est un championnat atypique, mais on a perdu les play off en quart comme la CAN d’un but. Il nous reste encore des matchs pour finir 5ème et sauver les meubles. Ma dernière, Tilila a 3 ans et elle est à gradinite (ndlr : école maternelle ), et elle apprends le roumain. Elle mélange les langues entre le français, le roumain et l’arabe (rires). Ma grande de 13 ans est à l’école française. Elle est contente, son intégration s’est très bien passée. Elles sont bien, elles découvrent une autre culture, une autre langue. Ma femme, Sandra est très contente de vivre ici et donne des fois des cours de français à des petits roumains nous sommes vraiment ravi de cette nouvelle aventure.


H.D : Ta famille et toi, vous êtes vous facilement adaptés ?

S.O: On s’est intégré tranquillement. On est en Europe, mais la culture est différente et il y’a plein de choses différentes. On a fait ça tranquillement. On a pas été mal accueilli bien au contraire.


H.D : Que peux-tu nous dire sur le championnat roumain et son niveau global ?

S.O : Le championnat roumain par rapport à la France, possède 4 équipes qui peuvent jouer dans le championnat français en première division. Après il y’a 8 équipes qui ont le niveau pour occuper le haut tableau de Proligue (D2). Et 2 équipes qui avaient un niveau au dessous. Il y’a beaucoup d’engouement toutes les journées sont diffusés. Et dans n’importe quel endroit, on y trouve de l’ambiance avec des supporters de foot. Les roumains sont des sanguins, ça crie et ça rajoute un peu de piment. J’ai eu la chance de jouer le derby la bas. Ce type d’ambiance est un plus par rapport à la France


H.D : Un retour en France est-il envisageable pour les saisons à venir ?

S.O : Oui, j’ai prévu un retour. il me reste un an de contrat après cette saison. il faudra voir comment ça se passe pour moi et ma famille. Bien sur que s’il y’a un projet intéressant pourquoi pas. Quand j’ai joué à Istres, c’était un accord avec le coach de jouer en défense. Je n’ai pu m’exprimer pleinement. Si un projet intéressant se profile, je montrerais qu’on peut compter sur moi.


Merci à Said Ouksir de nous avoir consacré un peu de son temps depuis la Roumanie et nous lui souhaitons une bonne continuation dans cette belle aventure qu’il est en train de vivre du côté des Carpates avec sa petite famille.


Laila El guif pour Hand’Day






Rechercher par mot clé

U

Rechercher par rubrique

Copyright 2017 HAND DAY | Site by KORALYN KREA © Création & design - Tout droit réservés