Une journée parfaite pour nos français qui assurent leur second succès dans ce tour principal et dans le même temps la Croatie tombe face au Brésil. Un match sérieux dans ses grandes lignes par les équipiers de Kentin Mahé (en photo) et on attend de savoir comment vont se comporter les Croates qui affrontent l’Allemagne et le résultat de ce choc pourrait bien faire les affaires des tricolores avant la dernière journée. 

Handball-Kentin-Mahe-France-Islande-2019

L’Espagne puis l’Islande et nos français tiennent parfaitement le cap jusqu’à présent avec deux victoires dans ce tour principal. De plus la défaite de la Croatie face au Brésil (voir ci-dessous) arrange un peu plus les affaires des champions du monde dans la perspective de rejoindre le dernier carré de la compétition. Le meilleur scénario serait une victoire de l’Allemagne sur la Croatie ce lundi et le dernier match face à ces mêmes croates compterait pour du beurre avec en poche le ticket pour les demi-finales du côté d’Hambourg.

En attendant la France a fait une fois de plus le job et parole toujours à la défense avec un Vincent Gérard performant d’entrée et buteur par deux fois (4-0 / 8-3 / 11-7). L’Islande recule et bute sur le rideau défensif tricolore mais revient dans la course avec les parades de Bjorgvinsson et le duo Jonsson / Elisson qui de loin permet de réduire un écart qui prenait des allures de correction. Kentin Mahé amène parfaitement les situations de but et quand il faut y aller, le demi-centre de Veszprem ne se dégonfle pas et malgré un doublé islandais en fin de mi-temps, la France garde la mainmise même s’il reste encore une demi-heure à garder son sérieux et sa rigueur (15-11).

Le retour du vestiaire allait justement rappeler aux Bleus que les choses peuvent aller très vite de chaque côté et au bout de quelques minutes, l’écart n’était plus que de 2 buts après un 3-1 en faveur des hommes de Gudmundsson. Sans sa star Aron Palmarsson blessée, l’Islande ne tend pas la joue mais va subir le vent français qui souffle une nouvelle fois avec un 6/0 qui plie l’enjeu de ce match (22-14). Il restait bien entendu du temps mais on s’attache à faire les choses proprement avec Melvyn Richardson qui fait ce qu’il vaut tout comme Luc Abalo qui intercepte et marque à sa guise, Grebille et Lagarde amènent leur contribution. Cyril Dumoulin rentré suite au ballon en pleine face reçu par Gérard fini lui aussi le travail et le ciel s’éclaire encore un peu plus avec la victoire des hommes de Didier Dinart (31-22). Au programme, deux jours de repos avant de retrouver mercredi la Croatie pour en conclure avant le sprint final.

Islande – France 22-31. Mi-temps : 11-15. Arbitres : MM. Mirza Kurtagic et Mattias Wetterwik (Suède). Lanxess Arena de Cologne. 19 000 spectateurs.

Islande – Bjorgvinsson (10 arrêts) et Gustavsson (2 arrêts) au but ; Jonsson 5, Gudjonsson 4, Elisson 2, Einarsson 3, Gislason 2, Arnarsson 2, Thrastarson 2, Gudmundsson 2, Ingason, Rikhardsson, Sigurmannsson, Gustafsson, Kristjansson et Magnusson. Entraîneur : Gudmundur Gudmundsson.

France – Gérard (14 arrêts dont 1p) et Dumoulin (2 arrêts) au but ; Gérard 2, Richardson 4, Porte 5, Abalo 4, N.Karabatic 1, Guigou 2, Mahé 3, Fabregas 2, Grebille 2, Mem 1, Lagarde 2, N’Guessan 2, L.Karabatic et Remili. Entraîneurs : Didier Dinart et Guillaume Gille.

Handball-Haniel-Langaro-Bresil-Croatie-2019

Un bon coup de pouce du Brésil

On ne pensait pas que la Croatie si brillante et en confiance depuis le début du mondial allait passer ainsi à travers de son sujet face au Brésil. Pourtant les hommes de Lino Cervar sont hors sujet d’abord en se montrant incapable de porter un réel danger devant la défense sud américaine qui prend à revers les tentatives des artilleurs adverses. En attaque, ce fut un cauchemar dans la perception du jeu en surnombre avec pas moins de 8 buts encaissés sur ce match par la Croatie dans le but vide. Un début de match raté et au repos les choses étaient loin d’être simples pour l’équipe à damiers (1-3 / 3-8 / 9-14 / 13-17). Le thème des 30 minutes suivantes reste identique avec des croates qui poussent et essayent de trouver les solutions et des brésiliens qui dominent mais montrent par moments quelques signes de fatigue. Domagoj Duvnjak (6 buts), Zlatko Horvat (5) et Vrankovic ramènent leur pays à une petite longueur (25-26, 53’) mais le dernier coup de rein porté par le Brésil avec le gaucher Toledo et le dunkerquois Haniel Langaro (9/12) va avoir raison des croates (29-26). Une belle joie au coup de sifflet final côté brésilien et de l’autre, une forte envie de se refaire au plus vite mais pour cela il faut passer sur le corps de la Mannschaft et devant son public.

Sébastien Ribstein pour Hand Day