Sans un gros match de Vincent Gérard, l’Équipe de France aurait pu connaître une bien mauvaise surprise mais remporte son entrée face au Brésil (24-22). Une entame assez moyenne puis réaction des français pour prendre avec fermeté les commandes avant de perdre le fil et de connaître un dernier quart d’heure compliqué. Bon, les champions du monde s’imposent mais il va falloir éviter ces moments de flottements notamment pour les deux prochains rendez-vous avec dès ce samedi la Serbie comme second obstacle.

Handball-Dika-Mem-France-Bresil-2019

Des hauts et des bas dans ce match d’ouverture avec comme chacun le sait, le stress de ne pas se manquer surtout lorsque l’on a la double casquette de champion du monde en titre et le costume de favori au dernier carré. Au final, la victoire aux forceps des Bleus sur un Brésil accrocheur et jamais à court de motivation (24-22). Pour se sortir du piège des équipiers du tremblaysien Felipe Borges il a fallu compter sur le dernier rempart tricolore en la personne d’un Vincent Gérard efficace et retrouvé.

Un long moment les deux nations vont se regarder les yeux dans les yeux avec des brésiliens sans complexe et qui savent s’enflammer comme il le faut (7-5) avec un Toledo en verve. Didier Dinart change son fusil d’épaule pour apporter des solutions et autour des Remili, Mem, N’Guessan et Guigou, la France retrouve son statut et monte les ballons en comptant sur la bonne entrée de Gérard (9-9 puis 14-10). Une réaction sud américaine juste avant la pause permet de réduire l’écart (16-13) mais dès le retour sur le terrain de la Mercedes-Benz Arena de Berlin, les français sont toujours aussi tranchants avec les mêmes ingrédients et tout se déroule parfaitement (19-13). Puis tremblement de terre ou presque dans la maison bleue avec un 5/0 encaissé, des ballons perdus dans la précipitation et des actions individuelles qui favorisent les équipiers de Borges qui égalisent par Chiuffa (21-21) et tout fut à refaire. Guigou, N’Guessan et Porte avec toujours l’apport de notre saveur Vincent Gérard et la France passe cette étape (+2) sans encombre même si contre la Serbie ce samedi il faudra hausser le jeu pour éviter les frayeurs inutiles. D’ailleurs il semble que ce second choc face aux serbes se déroule avec la présence de Nikola Karabatic ! Selon nos confrères du Parisien, le demi-centre du PSG va rejoindre ses équipiers sur Berlin et va prendre part aux entraînements dès dimanche et pourrait très bien intégrer le collectif dans ce mondial.

France – Brésil 24-22. Mi-temps : 16-13. Arbitres : MM. Kurtagic et Wettenwik (Suède). 10 529 spectateurs.

France – Dumoulin (3 arrêts) et Gérard (12 arrêts dont 1p) au but ; Remili 2, Lagarde 1, Mem 6, Mahé, Grebille 2, N’Guessan 5, Abalo, Sorhaindo, Guigou 6, L.Karabatic 1, Fabregas, Claire, Dipanda et Porte 1. Entraîneurs : Didier Dinart et Guillaume Gille.

Brésil – Tercariol (4 arrêts) et Almeida (6 arrêts) au but ; H.Teixeira 1, Valadao, Toledo 8, Petrus 1, Pozzer 1, Borges 3, Chiuffa 1, V.Teixeira, Novais, Ponciano, Langaro 3, Nantes 2, Hackbarth 1 et Rodrigues 1. Entraîneur : Washington Silva.

Handball-Timur-Dibirov-Russie-Serbie-2019

Rageant pour la Serbie

La Serbie peut faire la moue après avoir manqué l’occasion en or dans les dernières secondes pour entrer parfaitement dans son mondial ! Le portier dunkerquois Oleg Grams va sauver la Russie et permettre le partage des points après que les russes aient dû batailler pour rester au contact (30-30). Le nouveau tandem Nenad Perunicic / Nedeljko Jovanovic a décidé de faire la part belle à la jeunesse et les équipiers du toulousain Nemanja Ilic (6 buts) vont rendre une belle copie mais manquer de nerfs au final. En face la Russie avec un Timur Dibirov (12 buts) de feu, peut pousser un ouf de soulagement après avoir compté un sérieux retard dans cette rencontre (-4).

Classement : 1. Allemagne, 2. France, 3. Serbie, 4. Russie, 5. Brésil, 6. Corée unifiée.

Sébastien Ribstein pour Hand Day