Un début de championnat toujours aussi passionnant avec Dunkerque qui domine Nantes, Chambéry et Tremblay n’y arrivent pas, Nîmes tout comme Aix surprennent leur monde et Montpellier ne faiblit pas. La rencontre entre Saran et Paris va donc en finir avec cette 7ème journée.

PAUC-Massy-Mohamed-Mamdouh

Aix à la fête, inaugure nouvel écrin.

Pour cette 5e journée tous les yeux étaient rivés sur Aix et sa toute nouvelle Arena. En ce grand jour, le PAUC ouvre la première page de son histoire en accueillant Chambéry et dans une ambiance festive, au terme d’une rencontre âpre et disputée s’impose 29-28. Dans ce nouvel écrin, l’ambiance est au rendez-vous, acteurs et auteurs du soir ne font qu’un. Sous les feux de la rampe, les hommes de Jérôme Fernandez prennent les choses en main profitant de la succession de maladresse des chambériens, par un excellent Mohamed Mamdouh (8-6 6′). Chambéry, par beaucoup d’engagement défensif, écope de plusieurs 2 minutes bien négociés par les provençaux, qui confirment ce break par  Matthieu Ong (10-8). Aix garde toujours ce cap et profite du réveil de son portier Slavisa Djukanovic pour la plus grande joie des Rampeú di fada qui dynamisent cette Arena en fête. Les coéquipiers de Quentin Minel laissent passer l’orage, la défense intelligente et cohérente étouffe les Aixois qui perdent leur sang froid se voyant  infliger un 6-2 en 6 minutes (15-13 27e). Une fin de mi-temps en faveur des Savoyards qui jouent juste, se projetant très vite vers l’avant sur des engagements rapides pour finir devant à la pause (17-14).

Poussé par son public chaud bouillant, le PAUC reprend très vite les rênes toujours par un Mamdouh omniprésent, utilisant à la perfection les espaces libres laissés par la défense chambérienne (19-19 38′). Ivica Obrvan et Laurent Busselier optent pour un changement défensif en revenant sur une défense 0-6 afin de museler le pivot égyptien. Les deux formations tendues, enchaînent beaucoup de maladresses, la moindre perte balle est décisive et les infériorités numériques coûtent très chères (21-21 43e). Un long mano à mano s’instaure (22-24, 24-24 51e), le public ne peut se résigner à ce scénario. Pour que la fête soit complète la victoire doit être au bout et les Aixois l’ont bien compris, ce soir, tous  ingrédients sont là pour finir en trombe, Gabriel Loesch et Aymeric Minne trouvent l’ouverture (27-25). Sous cette pression, la réussite fuit les rangs chambériens qui vont tenter le maximum pour recoller mais qui voient la victoire leur filer entre les doigts dans les derniers instants. Une soirée parfaite pour tout ce public qui voit l’aboutissement d’un projet de longue haleine et le succès de l’équipe qui n’a pas gâché la fête.

Handball-Remi-Desbonnet-USAM

Nîmes en confiance, Tremblay essaie mais toujours bredouille

Après Dunkerque, c’est au tour de Saint-Raphaël de s’incliner face aux Gardois de l’USAM qui confirment leur forme du moment et réussissent une nouvelle perf en cherchant ce succès dans le Var (35-31). Il fallut attendre la seconde période pour voir l’une des formation après un premier acte indécis (15-15). Ce sont les Nîmois qui vont sortir l’artillerie lourde avec Rémi Desbonnet (12 arrêts) et l’égyptien Mohammad Sanad (10 buts) pour finalement faire la différence. Malgré les efforts du duo Di Panda/Sarmiento, le SRVHB s’incline à nouveau et reste toujours accroché au milieu de tableau… Une belle réaction en seconde mi-temps pour les Bretons de Cesson qui vont mener au score devant Montpellier, mais le collectif Héraultais va repasser la vitesse supérieure pour reprendre les commandes et virer en tête du championnat avant la rencontre de jeudi entre Saran et le PSG. Solide et sérieux d’entrée, le MHB va imposer son jeu et virer en tête au repos de 5 longueurs (17-12) avant de connaître un coup de mou, dû au retour en force des hommes de Yérime Sylla. Tout rentre dans l’ordre avec Vincent Gérard à la parade et le duo de gauchers Toumi/Kavticnik (28-23). Le Fenix Toulouse décroche une nouvelle victoire au prix de gros efforts devant Tremblay en France qui craque de peu dans la ville rose et reste toujours dans l’attente du premier déclic (31-29). Une bien belle opposition entre ces deux formations avec Samuel Honrubia et Jérémie Courtois qui remettent idéalement le TFHB sur les bons rails (11-8) avant la réaction des hommes de Philippe Gardent avec Yassine Idrissi à la parade et Chelle pour voir le Fenix passer devant d’une courte tête à la pause (14-13). Le suédois Pettersson et le polonais Przybylski confirment le temps fort toulousain (18-16, 24-20 et 27-23, 49’). L’affaire semblait mal embarquée pour les Tremblaysiens avant la révolte signée Tomas et Marche (29-29) avant le dénouement final par le grand Bonilauri et Ternel pour laisser leur équipe savourer ce succès aux forceps.

Handball-Patrick-Cazal-USDK
Derby sans vainqueur, Dunkerque au top  La victoire n’est pas passé loin pour Massy pour ce derby francilien chez son voisin de l’US Ivry. Un début de rencontre sous l’emprunte ivryenne avant  la réaction du promu qui revient en course et s’octroie les commandes pour compter 3 longueurs de mieux au moment de la pause réglementaire (15-12). Au retour des vestiaires, les hommes de Tariq Hayatoune continuent avec le même tempo que celui imposé en fin de première période et s’envolent dans cette partie (19-23), menés  par un Samir Bellahcene (20 arrêts) des grands soirs. Ivry puise dans ses ressources pour recoller au score et réussi sa longue entreprise en cherchant l’égalisation avec un but à 40 secondes du terme inscrit par Oussama Hosni. Le portier massicois sauve la dernière tentative val de marnaise et le promu s’en sort une nouvelle fois par un nul et décroche un point supplémentaire cette saison. De son côté Ivry restait sur deux succès consécutifs et doit se « contenter » de ce match nul et pointe au 8ème rang du tableau. Enfin une autre affiche pour cette journée avec Dunkerque qui recevait Nantes et la prestation XXL des hommes de Patrick Cazal va simplement étouffer littéralement le H qui ne va jamais voir le jour dans le nord (30-22). Une prestation nantaise qui n’a pas plu du tout au coach Thierry Anti qui va très certainement insister sur un sursaut de ses hommes dans les semaines à venir ! Il est évident que évoluer sans Lazarov/Nyokas/Claire n’arrange pas le tout, surtout en rendant visite à une équipe Dunkerquoise au complet et capable du meilleur devant son public. Un début de rencontre qui pourtant semble sourire au H avec Klein et Faluvegi (3-1) et Siffert qui sort plusieurs ballons consécutifs. Simple feu de paille avec le retour en force nordiste (4-4) symbolisé par un Oleg Grams (14 arrêts) royal, de quoi lancer les hostilités et la domination sans concession de l’USDK (7-4, 14-19). Le brésilien Langaro trouve facilement la faille et derrière Grams ferme la boutique pour un +6 en faveur des hommes de Cazal (16-10). La seconde période se résume au calvaire nantais qui ne voit plus le jour aussi bien offensivement que défensivement et ne semble pas capable de redresser la barre… Cyril Dumoulin essaie bien tout comme Balaguer ou Tournat mais bien trop d’échecs devant un adversaire déchaîné et sur de son fait (21-15, 27-21 et 30-22). Dernier arrêt du match pour Grams pour une superbe soirée du côté du Stade de Flandres et une belle 5ème place pour ravir l’USDK.

L’équipe Hand Day